Current track

Title

Artist

Background

Au revoir aux centrales à carbon: quel avenir pour Cordemais?

Written by on 28 novembre 2018

Le chef de l’État, Emmanuel Macron, a annoncé ce mardi les grandes mesures de la politique énergétique à l’Horizon 2023. Parmi elles, la fermeture des centrales à charbon françaises d’ici quatre ans.

Cordemais, en Loire-Atlantique, abrite l’une des quatre centrales à charbon encore en activité en France. Située entre Nantes et Saint-Nazaire, Cordemais est le principal fournisseur d’électricité des régions Pays de la Loire et Bretagne.

« Notre grosse inquiétude c’est de savoir dans quel état va se retrouver l’alimentation des citoyens bretons ». C’est ce qu’a déclaré Gwenaël Plagne, délégué syndical CGT de la centrale de Cordemais. Le syndicaliste demande un moratoire d’ici à 2022. Le but? Continuer à développer le projet industriel Eco Combust. Celui-ci, souligne monsieur Plagne, va permettre passer à 20% de charbon et 80% de biomasse.

Une autre alternative est également prévue. L’année dernier, la Commission européenne a approuvé l’aide financière pour la Société électrique de Bretagne. La construction d’une centrale à gaz à Landivisiau (Bretagne) est envisagée.

La fermeture des centrales à Charbon fait également du bruit en Pologne. Neuf militants de Greenpeace ont escaladé hier une cheminée de 180 mètres de la centrale à charbon de Belchatow, dans le sud de la Pologne.

Le but? Protester contre le réchauffement climatique avant le 24e sommet sur le Clima des Nations Unies, le COP24. Celui-ci commence ce dimanche. C’est la Pologne qui préside le sommet.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *